Toutes les actualités

  • Jardin partagé

    jardin partagé

    Un jardin partagé et familial est né dans le quartier de la cité 30 Mardi 4 juillet – 9h15 – A la lisière des rues Saturne et Vénus, des rires d'enfants retentissent. Sur  un terrain clôturé et aménagé en potager, Louise de l'école maternelle Copernic est face à un mur de palettes. Elle dépose délicatement avec ses mains de la terre dans un pot contenant des œillets d'Inde. Idem pour d'autres enfants qui s'affairent autour de la lavande, de la menthe, de géraniums... et y prennent plaisir. » Ce beau projet d'un jardin partagé dans le quartier de la cité 30 a germé dans l'esprit des membres du conseil citoyen « Alliance 30 & 6 ». « Les habitants pourront y venir cultiver des légumes, des fleurs, des fruits... partager leur savoir, se rencontrer, » expliquent Yvon Santy et Frédéric Desmaretz du conseil citoyen, « cette opération nous tenait à cœur. Nous y travaillons depuis 2 ans.  Le jardin sera divisé en 2 parties, une pour les enfants de la maternelle avec des ateliers pédagogiques et l'autre à destination des habitants. Merci à Maisons et Cités d'avoir mis à notre disposition ce terrain de 500 m2 et aux partenaires : la communauté d'agglomération Béthune Bruay et la politique de la ville pour le financement ; AVIEE pour l'aménagement de l'espace et d'un accès PMR ; la commune pour la prise en charge du matériel et entreprise divionnaise, Palette artois pour les 50 palettes données gracieusement. »  Virginie Duquennoy, la directrice de l'école est enchantée de la démarche, « une superbe idée. Les enfants ont décoré l'arbre situé à l'entrée. L'aspect scientifique et l'éveil à la nature ne seront pas négligeables. Les petits élèvent des insectes en classe, nous pourrons les relâcher ici à proximité de l'école. » A voir comment les maternels ont pris plaisir à planter, à arroser... ils passeront sûrement avec leurs parents constater l'évolution du jardin.   AVIEE est intervenu avec des salariés en insertion encadré par un chef d'équipe, Vincent, « il a fallu trouver des idées pour aménager l'espace et l'adapter pour les enfants. Des carrés potager à hauteur étaient idéal, donc nous en avons créés différents. On s'est lâché ! » Effectivement, on trouve dans la jardin plusieurs carrés potager à hauteur, un composteur, 3 tables de pique-nique, un hôtel à insectes, un mur... le tout en palettes. Les salariés ont même réalisé un système de piquets avec trois gouttières accrochées à trois niveaux pour y planter des fleurs ou légumes comme la tomate et le poivron. Sympa et original !                     
  • Tata Freda à la kermesse communale

    kermesse communale

    DIVION A SON GÉANT Le géant de Divion, TATA FREDA a été baptisé officiellement le dimanche de la kermesse communale. Arrivée sur la place des Martyrs, Tata Fréda a été escortée par l'ensemble de percussions de l'école de musique. Une chanson a même été écrite en son honneur. Tata Fréda c'est le personnage d’Alfreda Hermant, la mamie de la cité 34 disparue il y a deux ans. Longue vie donc, à Tata Fréda ! 
  • Ceinture noire

    Judo

    Manon Dublaneau, la première ceinture noire féminine du club A 17 ans et demi, Manon Dublaneau vient d'obtenir le Graal que chaque judoka convoite : la ceinture noire. Rencontre avec la judokate lors d'un stage jeunes durant les vacances de Pâques. Manon commence le judo à 2 ans et demi en même temps que son frère Allan. L'enfant aime ce sport avec les séances de baby-judo, « le club étant proche de chez moi, j'ai continué ». Quatorze années plus tard, la voilà ceinture noire, « j'ai une prédilection pour les compétitions et le fait d'affronter un adversaire. J'applique le code moral que l'on nous enseigne. Important dans la vie de tous les jours, il m'aide à grandir, » confie l'adolescente. Très investie au sein du judo-club, Manon est sur tous les fronts. Elle aide en handi-judo, elle est assistante-club, elle arbitre et accompagne lors de compétitions pour coacher les jeunes. « Je suis partenaire d'une personne handicapée en sport adapté. J'ai suivi des stages et formation avant d'avoir le diplôme d'arbitre en 2014. Et maintenant je suis assistant-club. Durant ce stage j'ai en charge un groupe de neuf élèves. J'aimerai passer mon diplôme pour être jury dans les compétitions en handi-judo. »         «  Manon est arrivée toute jeune au club. Elle a travaillé pour obtenir sa ceinture marron puis sa noire. Elle est volontaire et toujours prête à aider. C'est un beau parcours. Manon est la première féminine issue du club a être ceinture noire, » explique fièrement Caroline Bentein, éducatrice diplômée d'État. Le judo club compte six ceintures noires.